Le serment de Piana


Présentation

Une douce journée d’automne. Un petit avion de tourisme avec six personnes à bord : le pilote, sa nouvelle compagne, une hôtesse de l’air en plein divorce, ses parents, le co-pilote et son neveu. Un pique-nique sur les plages corses, puis le vol retour vers Cannes quand soudain, dans le golfe de Porto, le cauchemar : une panne moteur. En dessous la mer est démontée.
Fort de son expérience de pilote, François Suchel raconte avec réalisme ce fait divers survenu en octobre 2009. Dans un style fluide où pointe l’urgence de la situation, il livre le regard successif des protagonistes de l’accident : naufragés, contrôleurs aériens, pilotes de la sécurité civile, sauveteurs-plongeurs, journalistes, et décrit la lutte pour survivre en mer alors que tout espoir, à terre, semble perdu. Prononcé au seuil du désespoir, le serment de Piana sera-t-il tenu ?

Revue de presse

« Le serment de Piana s’inscrit dans la veine de 6 minutes 23 séparent l’enfer du paradis, le précédent récit de François Suchel qui s’impose comme un grand auteur. »
Gil Roy – Aerobuzz.fr – 14 février 2018.
« Tout tient à un fil. Va-t-on assister à un drame aérien ? L’auteur ne souffle mot. Pire, il met en suspend l’inévitable accident en remontant, au prisme d’un récit choral, le fil des évènements. Mais voilà le coup de génie de l’écrivain ! Tantôt grimé en passager, prisonnier des airs, tantôt en sauveteur des mers, il ne nous est plus, dès lors, possible de faire machine arrière. »
Alice Develey – Le Figaro littéraire – 15 février 2018.
TVmountain – Rencontre chez Guérin :
Reportage TVmountain.

Retrouvailles au siège d’Air France avec Isabelle, Clément et Samuel, le petit héros du Serment de Piana. Lorsque le soleil s’était couché face aux calanques de Piana et qu’ils étaient toujours dans l’eau suite à l’amerrissage de leur petit avion, ne croyant plus aux secours, Isabelle et Clément s’étaient jurés que s’ils s’en sortaient, ils feraient un enfant. Le voici ! Une incroyable histoire de survie et une belle histoire d’amour ! Merci à Isabelle et Clément pour leur confiance.


Alain Gonzalez et Laurent Le Garf, sauveteurs plongeurs à la base aérienne de Solenzara qui ont sorti de la tempête quatre des six naufragés.


Franck Diebold, pilote EC145 à la sécurité civile qui les a repérés le premier.