Liberté, Foulées, Fraternité !

De Dharamsala (Inde) à Kumbum (Chine) à travers l’Himalaya

Retrouver les vidéos de l’aventure en cours sur Vimeo ou sur ma page Facebook.

Note d’intention du film

Avant, on marchait en montagne, maintenant on y court. Le trail est devenu un véritable phénomène de société, le reflet d’un monde toujours plus compétitif, un exutoire d’un quotidien toujours plus stressant. Mais pourquoi mettre un dossard ? Pourquoi courir entre des balises quand la montagne et la vie sont si vastes ?

Je suis un peu plus qu’un coureur du dimanche, mais je ne gagnerai jamais de course. En revanche, j’ai de l’imagination, de la conviction, de la détermination. Alors cracher mes poumons, oui, mais autant que ce soit sur les plus hautes montagnes du monde, libre.

Je veux mêler la mécanique du corps en montagne à l’exaltation du voyage et de l’aventure, un Trail XXL. Et parce que je suis également réalisateur, photographe et auteur, je veux raconter une histoire : pas celle d’un athlète de haut niveau qui choisit un somptueux décor pour réaliser des exploits, mais celle d’un homme amoureux de la vie, des grands espaces et des autres cultures, pour qui l’effort physique est le meilleur véhicule de l’esprit et le voyage une occasion sans cesse renouvelée de rapprocher les hommes, de partager et de s’instruire. Tout sera lié : image, rencontre, défi physique, transmission. Un engagement total qui certes me fait un peu peur, mais qui m’exalte et m’excite, une aventure aux multiples facettes.

Je partirai de Dharamsala (Inde), siège du gouvernement tibétain en exil, à l’embouchure du « fleuve tibétain », et je le remonterai jusqu’à sa source : le monastère de Kumbum (QINGHAI, Chine) où est né Tsong Kaba, le fondateur du bouddhisme tibétain. Un chemin de fraternité pour un peuple éprouvé. J’irai en courant jusqu’à Katmandou de septembre à novembre 2017 puis à vélo, par-delà l’Himalaya, à travers le plateau tibétain de septembre à novembre 2018.

Dans mon sac à dos de course puis dans mes sacoches de vélo, j’emporterai des drapeaux à prières vierges sur lesquels je ferai inscrire des messages fraternels par les habitants de l’Himalaya. Arrivé à Kumbum, je tendrai ces drapeaux sur un chorten à proximité du monastère pour faire flotter l’esprit du voyage bien après mon retour.

Le film rendra compte de cette aventure. Il y aura du sport bien sûr, les dénivelés enchaînés, les cols à plus de 5000 mètres, le froid, le vent, la nature. Filmer dans ce contexte, en portant tout mon matériel, sera une aventure en soi. Mais il y aura aussi les hommes, leur culture, leurs valeurs, leurs messages.

Le fil conducteur, ce sera toutes ces rencontres associées aux inscriptions sur les drapeaux à messages. À chaque message correspondra un contexte culturel et un moment de partage dont l’intensité sera exacerbée par la dimension sportive et l’engagement physique du « messager ».

Les drapeaux à messages, métaphore de la vie. Le fil de nylon, porteur des drapeaux à messages sera le symbole de ce qui nous unit tous en tant qu’humain, par-delà les « frontières » physiques, culturelles, religieuses ou ethniques. Diversité des témoignages, diversité des hommes. Le fil de nylon sera aussi une métaphore du chemin de la vie. Il me suivra dans mon sac à dos tout au long de mon expérience à travers l’Himalaya jusqu’à Kumbum où les drapeaux à messages accrochés au chorten disparaitront peu à peu dans l’oubli, nous renvoyant ainsi à la fragilité de l’existence, à notre insignifiance et finalement à la nécessaire concentration sur les valeurs essentielles, le temps de notre « passage » : la fraternité, la bienveillance, le respect d’autrui.

Ainsi, ce film qui traitera du dépassement de soi et du respect des cultures, aura une vocation humaniste tout en valorisant une nature époustouflante.